Professeur Dah Cyrille (Président AIMS) : « C’est la FIFA qui a donné le droit de vote aux médecins, ainsi qu’aux autres groupements »

Porté à la tête de l’Association Ivoirienne des Médecins de Sport (AIMS), samedi dernier à l’issue d’une AG Mixte, le Professeur Dah Cyrille entend insuffler une nouvelle dynamique au groupement. Mais surtout faire entendre la voix de ce groupement d’intérêt.

Sous quel signe placez-vous votre élection à la tête de l’AIMS ?

Je voudrais, avant tout, remercier et rendre un hommage appuyé au Professeur Constant Roux qui est notre maître et notre père. Il est le fondateur de l’AIMS. Aujourd’hui nous prenons le relais pour donner à l’association plus d’allant afin qu’elle retrouve son aura d’antan. Mon élection marque le début d’une nouvelle ère.

Que comptez-vous apporter concrètement à l’Association ?

Il s’agira de redynamiser le groupement. Je compte rassembler la grande famille de la médecine du sport. Car elle s’était effritée. Je compte aussi relancer toutes les activités au niveau central à l’instar de la section football qui, elle, a bien fonctionné. Il va falloir réactiver les sections de l’intérieur du pays et reprendre contact avec les autorités pour que l’AIMS retrouve sa place sur l’échiquier sportif ivoirien.

Comment expliquez-vous le fait que l’AIMS ait passé plus de 12 ans sans organiser une seule AGE?

Je vous assure que nous travaillons régulièrement. Le groupement est une structure décentralisée de l’AIMS. Et au  niveau de la commission médicale de la FIF que je dirigeais, nous organisions des réunions et des séances de formation. Ce sont donc les AGE qui ont manqué. Sinon nous nous retrouvions autour des activités de la commission médicale de la FIF.

Que pensez-vous de la proposition du CN-FIF de retirer le droit de vote au Groupement d’intérêt ?

Il faut dire que c’est sous l’ère Blatter que la FIFA a souhaité que les médecins de sport ainsi que d’autres groupements participent à la vie des Fédérations à travers les parrainages et autres: commission permanente parmi les 17 commissions statutaires. Donc il est tout à fait normal que l’AIMS exerce ses droits. D’autant plus qu’elle existe légalement conformément aux dispositions qui existaient lorsqu’elle a été créée. Il va juste falloir mettre à jour nos textes jusqu’à notre apparition dans le journal officiel.  Sinon, c’est la FIFA qui a donné le droit de vote aux médecins, j’ai l’honneur d’être instructeur FIFA depuis 2004.

L’AIMS accordera-t-elle toujours son parrainage à Sory Diabaté au cas où elle reste dans le corps électoral ?

Il faut dire cette décision a été prise, en son temps, après concertation et un vote des membres du groupement qui étaient au nombre de 13, ces 13 membres avaient rencontré et échangé avec les trois candidats. Nous avons toujours procédé ainsi, sans que cela ne fasse des vagues. Aujourd’hui nous ne connaissons pas les identités de ceux qui seront en course pour la présidence de la FIF. Donc il est important  d’observer puis de se consulter le moment venu.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password