Mahama Coulibaly (FIBB):«On est en train remettre le basket à sa place »

La Fédération de Basket-ball a réussi avec brio l’organisation de la 3e fenêtre du Mondial 2023 de la FIBA. Après avoir atteint cet objectif, le président Mahama Coulibaly se projette sur la prochaine fenêtre d’août. Il dresse aussi le bilan de l’exercice 2022 qui vient de s’achever.

Quel bilan pouvez-vous dressez de la 3e fenêtre qui vient de s’achever à Abidjan ? 

On peut être fiers de notre bilan. Puisque nous avons réussi le pari de l’organisation et celui de gagner nos trois matchs. Grâce à Dieu, à notre encadrement de qualité et  à toute la Côte d’Ivoire, nous avons atteint ces objectifs. Tout n’est pas parfait on le sait mais on est heureux d’avoir gagné les 3 matchs qui nous permettent de faire un pas de plus vers la qualification à la Coupe du monde.

Ce succès ne vous donne-t-il pas l’envie d’organiser la prochaine fenêtre en août ?

Je vous informe officiellement que la Côte d’Ivoire va abriter la 4e  fenêtre des Eliminatoires des qualifications le 26 août prochain.

Le problème de moyens financiers ne sera pas un obstacle pour vous ?

Les résultats doivent s’accompagner de moyens. Nous avons travaillé dans la résilience avec beaucoup de dignité, mais quand on a 26 millions de personnes qui vibrent à l’unisson grâce à une équipe comme celle-ci, nous ne ferons pas la fine bouche pour souhaiter que les conditions de l’équipe s’améliorent. Si on veut aller à la Coupe du monde, il faut des mesures exceptionnelles pour accompagner cette équipe qui est la plus brillante en ce moment en Côte d’Ivoire.

De gros morceaux se dressent devant la Côte d’Ivoire pour le prochain. N’avez-vous pas des appréhensions ?

Nous sommes tous contents de ce qu’a déjà réalisé cette équipe. Nous avons équipe  collective pour faire face à n’importe quelle adversité. Je sais que nous pouvons relever n’importe quel  défi.

Revenons à la saison 2022 qui s’est achevée. Que peut-on retenir?

Il n’est pas l’heure du bilan puisqu’il nous reste encore des activités notamment la fin du championnat N3 et les finales des Interligues. Mais en ce moment précis, on a réalisé 95 % de nos activités. Sans faire de bilan, la satisfaction,  c’est d’avoir fait qu’on a promis. On retient que les choses se sont passées sans problème et dans une ambiance festive. On ne peut qu’être heureux.

Quels sont les points de satisfaction ?

Nous avons fait une planification et ont est heureux qu’on puisse aboutir à notre objectif. Quant à la satisfaction, c’est plutôt le public et les acteurs qui doivent le dire. Quant on constate une adhésion populaire des acteurs, on peut remercier que Dieu. Notre véritable satisfaction est de voir les gens prendre du plaisir à suivre nos activités. Nous continuons à faire du basket-ball la discipline la plus attractive de Côte d’Ivoire.

Vous parlez d’adhésion et cela fait votre deuxième championnat national. Avez-vous l’impression que le public adhère à votre vision ?

Honnêtement oui. L’adhésion est perceptible. Nous avons  renforcé les conditions d’accès, nous avons aussi relevé les conditions du ticketing. Et on constate que le public a répondu.  C’est ça la satisfaction. Et c’était ça l’objectif. On souhaite que le basket-ball attire du public et qu’on s’éloigne de la gratuité qui est un risque pour le  spectacle et la  pérennité de l’activité. 

En termes d’organisation qu’est-ce qu’il faudra améliorer pour la saison prochaine ?

Il faut qu’on s’écoute pour voir ensemble ce qu’on peut améliorer. A notre niveau, on a un plan et un programme  que nous essayons de mettre en œuvre.  A chaque fois, on fait des corrections. Si on me demandait l’année prochaine ce qu’on va faire, ça sera une surprise. Parce d’année en année il y a eu des améliorations pour que l’évènement soit toujours attrayant. Mais de façon très organisée notre prochain challenge c’est d’arriver à ce que les clubs et les acteurs commencent à être semi-professionnels. Plus on va arriver à cela, plus on va améliorer les choses.  

L’ABC a retrouvé le sommet du basket-ball ivoirien. Pensez-vous que c’est un grand champion ?

L’ABC est championne est une équipe qui a l’habitude de gagner. On se rend encore compte qu’elle reste un grand champion. L’ABC est à féliciter pour ce qu’elle a démontré. Il faut saluer également  le  travail des dirigeants et surtout  la résilience du président Touré. C’est une leçon à l’ensemble des acteurs.

L’ABC peut-elle représenter dignement la Côte d’Ivoire à la BAL ?

Ce n’est pas une question. C’est un devoir. L’ABC doit représenter dignement la Côte d’Ivoire à la BAL. Aujourd’hui, si l’ABC va à la BAL, c’est toute la Côte d’Ivoire qui y va. Nos conseils, nos accompagnements doivent pousser le champion ivoirien  à bien représenter notre pays. C’est un faux pas  qu’on a fait de ne pas  participer à la BAL cette année, mais l’année prochaine, je pense que l’ABC sera un bon ambassadeur pour notre pays.  

Est-ce qu’avec vous le basket est train de retrouver sa place ?

Je ne suis pas celui qui va faire de la propagande. On déroule notre programme et l’objectif est que le basket puisse demeurer la première discipline active sur le terrain. Quand je dis active, c’est d’avoir plus de licenciés et être dynamique sur tout le territoire national. On n’est pas en compétition. On est en train remettre le basket à sa place. C’est toute une équipe qui travaille pour permettre au basket de retrouver sa place de leader. On veut aussi doter la Côte d’Ivoire d’une Arena. La Fédé a un projet à ce sujet.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password