L’hommage des basketteurs ivoiriens à « Magic » Ferdinand

Décédé le 3 mai dernier, Ferdinand Konan dit “Magic” sera inhumé le samedi 29 mai 2021 à Tounzuébo (25 kms axe Yamoussoukro-Bouaké), au cimetière familial. Avant la douloureuse séparation avec l’ex basketteur de l’AUC et champion d’Afrique (1981 Mogadiscio), ses ex-coéquipiers lui rendent un hommage mérité.

Dié Drissa

« Tout d’abord il m’est vraiment très difficile de parler de Ferdinand Konan au passé. Ferdinand était quelqu’un de jovial. Toujours le sourire aux lèvres. C’était aussi une personne humble et altruiste, toujours prête à rendre service à son prochain. Concernant sa carrière de basketteur, son surnom « MAGIC » n’était pas usurpé du tout tellement il était pétri de talent. Il fait partie de cette génération de l’âge d’or du basket-ball Ivoirien   avec qui nous avons été champions  d’Afrique à Mogadiscio en Somalie. C’est une triste perte pour nous tous! Que son âme repose en paix! »

Malick Daho

« Entre Ferdinand et moi, c’est une amitié qui remonte depuis 1982. À telle enseigne qu’on avait un code de salutation. Quand l’un disait « wakarimasuka », l’autre répondait « wakarimassen ». Excellent basketteur mais aussi excellent homme. Peu avant sa mort il m’avait appelé pour m’annoncer la présélection de son fils Karl en équipe de France de handball. Nous devions mettre en place un plan de communication pour le soutenir. Hélas ! Repose en paix Magic! Wakarimasuka!!! »

Gérard Akindès

« Ferdinand Magic, mon coéquipier, mon un ami et mon frère. Nous avons passé de nombreuses heures ensemble sur les terrains mais aussi à la cité des sportifs de l’AUC où on se retrouvait dans les chambres des uns et des autres à bavarder, rigoler et manger de l’alloco, de l’attiéké et autre, c’est inoubliable. A mon départ d’Abidjan, il m’envoyait des messages sur k7 audio, un souvenir marquant. Son rire, sa jovialité vont me manquer. Mais le lien fort de fraternité demeure à jamais ».

Sané Youssouf

« Mon ami, mon frère, mon Baoulé que la terre des ancêtres te soit légère. Qu’Allah te reçoive auprès de lui au Paradis. Le Colo et toi-même êtes ceux qui m’ont accueilli au sein de la grande famille AUC et qui m’ont considéré comme un frère de sang. Je vous en serai toujours reconnaissant et jamais je ne vous oublierai. Mes frères, reposez en Paix CHAMPION ».

                                                                        Propos recueillis par  Maï Coulibaly

 

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password