Lamine Koné (Strasbourg) : « C’était mieux d’arrêter »

Le défenseur ivoirien de Strasbourg, Lamine Koné se confie sur la reprise particulière de l’entraînement qu’il vit actuellement avec son club et donne son avis sur la situation due à la pandémie de coronavirus.

Avec Rennes, Strasbourg est l’un des deux seuls clubs de Ligue 1 à avoir repris l’entraînement (depuis le 12 mai et jusqu’au 29). Comment cela se passe-t-il ?
Il y a 4 groupes de 5 ou 6 joueurs qui travaillent en décalé. Le matin, un groupe commence à 10h15, le 2e à 10h30, puis l’après-midi, un débute à 16h30 et l’autre à 16h45. Les distances entre nous ne doivent jamais être inférieures à 3 mètres et c’est presque toujours au moins 5 mètres. Les séances durent entre 1 heure et 1h15 maximum. En fait, ce sont des séances individuelles qu’on effectue ensemble. On se fait des passes, mais on ne doit pas toucher le ballon de la tête, ni de la main, sauf pour les gardiens qui ont leurs gants. C’est nettement à base d’utilisation du ballon, pour retrouver des sensations, avec un peu de conduite de balle, des jonglages, des ateliers techniques.

Cela n’est-il du coup pas trop limité, répétitif ou rébarbatif ?
Non, car le staff essaie quand même de varier au maximum. Et il y parvient, ce n’est pas lassant du tout. C’est sûr que ça fait un peu bizarre qu’on ne soit pas tous ensemble, mais on sait pourquoi on fait ça, on doit privilégier avant tout la santé. A l’arrivée, l’ambiance est bonne quand même, ça fait super plaisir de se retrouver, tout le monde est content de renouer avec le ballon et a le sourire.

A Strasbourg, la volonté de reprendre l’entraînement malgré l’arrêt définitif de la saison de L 1 venait des joueurs. Pourquoi ce souhait ?
On s’est concertés entre nous et avec le staff. Et on s’est dit qu’au lieu de continuer à rester sans cesse chez nous, on préférait avoir ces séances adaptées sur une certaine période. Notre médecin (le docteur François Pietra), avec lequel on est restés en contacts étroits durant tout le confinement, qui prend notre température avant chaque séance et nous a tous testés avant la reprise et à nouveau lundi, a donné son feu vert. C’était très important de retrouver les sensations avec le ballon et les équipiers. Cela fait du bien psychologiquement et, en plus, cela permet à l’organisme de se réhabituer peu à peu et ça peut aider pour éviter des blessures ultérieures.

Après, du 29 mai au 29 juin, vous aurez à nouveau une coupure d’un mois avant la vraie reprise de l’entraînement. Comment allez-vous la gérer ?
Personnellement, je vais couper nettement les deux première semaines puis commencer à rebosser un peu physiquement lors des deux dernières. Je pense justement que le fait de nous entraîner en ce moment va nous servir pour mieux aborder la reprise du 29 juin.

Estimez-vous que la décision d’arrêter les championnats de L1 et de L2, le 30 avril, a été prise trop tôt ou non ?
Je pense que pour le bien de tout le monde au niveau de la santé, c’était mieux d’arrêter. D’abord, pendant deux mois, on n’avait quasiment rien fait, donc si on avait dû reprendre la compétition avec seulement quatre semaines de préparation et des matches tous les trois jours, il y’aurait eu de très gros risques. Certes, on aurait pu attendre encore un peu, mais cela aurait été aussi prendre le risque de perdre encore du temps pour la suite. Surtout, c’est la santé qui est primordiale et doit passer avant tout. La pandémie est loin d’être terminée et le risque d’exposer notre entourage était trop grand.

Même si le risque de développer une forme grave est minime pour les joueurs eux-mêmes (il y a eu le cas Junior Sambia à Montpellier)…
Certes, on est des sportifs de haut niveau, mais le virus reste actif et on n’a surtout pas envie de mettre en danger nos proches. J’ai apprécié la prise de position de Sylvain Kastendeuch (le président de l’UNFP, le syndicat des joueurs) et quand on en parle entre nous, à Strasbourg, on est sur la même longueur d’ondes. Bien sûr, le foot et les matches nous manquent, mais quand on voit autour de nous, particulièrement dans cette région (Grand Est) où cela a été très, très chaud, on doit rester prudents et ne pas se montrer égoïstes. C’est pour cela que c’était important pour nous de nous mobiliser pour aider les gens, à notre niveau (les joueurs et le staff du RCSA ont effectué un don de 30 000 €).

Enfin, qu’avez-vous pensé de la reprise de la Bundesliga ce week-end ?
Je n’ai vu que quelques résumés. J’ai été frappé de voir les joueurs porter des masques sur les bancs et respecter les distances hors du terrain, alors qu’il y a sans cesse des contacts sur le terrain ! C’est vraiment bizarre de voir ça, comme de voir les joueurs célébrer les buts avec les coudes… »

L’Équipe

Aperçu

Lamine Koné (Strasbourg - /10

Sommaire

0 Nul!

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password