La patience est un chemin d’or

C’est vrai. Les Eléphants sont rentrés bredouilles de leur déplacement en Afrique du Sud où ils affrontaient la modeste équipe du Lesotho classée 145è mondiale au classement FIFA. Ils n’ont pu que ramener un tout « p’tit » point au terme de cette 2ème journée des Eliminatoires de la CAN 2023 que nous accueillons justement. Pour les uns, les soi-disants connaisseurs du football ivoirien, il est impensable que le 50ème mondial du dernier classement FIFA, puisse se faire accrocher par un sans-grade. C’est-à-dire, un « p’tit » pays d’Afrique australe, enclavé au sein de l’Afrique du Sud d’à peu-près 2 millions d’habitants. Le verbe acerbe, la rancune tenace, les nouveaux procureurs du football ivoirien revanchard et à la rancune tenace, ont trouvé là matière à polémique. Autrement dit, une occasion propice pour se livrer à une attaque en règle contre le nouveau sélectionneur des Eléphants. Aussi, sans une once de réserve, ni même trouver, ne serait-ce qu’une petite circonstance atténuante, du genre il vient d’arriver, à Jean-Louis Gasset, n’y sont-ils pas allés par monts et par vaux, pour vilipender le sélectionneur.  Parce qu’il aurait fait preuve de cécité tactique, en ne trouvant pas la solution pour résoudre l’équation défensive posée par les Likuena (les Crocodiles). Et ce, durant 90 minutes de jeu. Seulement voilà. Aucune d’entre nous ne peut cependant dire que c’est faute de ne pas avoir essayé que les Eléphants ne sont pas parvenus à ôter le bus que les Likuena avaient garé devant les perches de leur dernier rempart ? De même que personne en toute honnêteté ne saurait reprocher à nos Pachydermes de n’avoir non plus pas multiplié les offensives. D’autant plus qu’avec une possession de balle de 86 pour cent sur l’ensemble du match, ils ont monopolisé le ballon, ne laissant qu’une portion congrue à leurs adversaires. Sauf qu’ils ont buté sur un dernier rempart des Crocodile en état de grâce. Sauf aussi qu’ils s’y sont pas mal pris. Mais à leur décharge, de nombreux facteurs, endogènes et exogènes, peuvent expliquer cela. D’abord, la sélection de JL Gasset est en mode reconstruction. Et cela sous-entend, que le nouveau sélectionneur est en train de rebâtir une nouvelle équipe au niveau du jeu et de l’esprit. En d’autres termes, son travail consistera à recréer une nouvelle dynamique au sein du groupe. A lui forger une mentalité de compétiteur et à instaurer une discipline de fer au sein de l’équipe. C’est-à-dire, en favorisant la convivialité, le vivre- ensemble au sein de la sélection. En clair, il est question de faire émerger une nouvelle équipe. Et pour cela, il aura besoin de temps. Or, le temps n’est pas son meilleur allié pour le moment. Parce que la CAN 2023 arrive à grands pas. Enfin, à peine arrivé, il lui faudra très vite prendre ses repères. Et si ses deux premiers matches lui ont, sans doute, permis de faire connaissance avec une partie de son groupe, il ne fait aucun doute que lors des prochaines sorties, JLG sollicitera forcément d’autres compétences en vue d’enrichir le potentiel existant. D’autant plus que la qualité des internationaux ivoiriens dans les championnats européens ne fait l’ombre d’aucun doute. C’est à lui de faire appel aux meilleurs, afin de réussir un savant dosage d’anciens et de jeunots. En tout cas, en tant que technicien d’expérience, disposant aussi d’un bon vécu dans le coaching de haut niveau, aussi bien en sélection qu’en club, JL Gasset saura trouver la formule idéale pour bâtir une grande équipe des Eléphants. Histoire de combler les attentes des Ivoiriens dans leur quête d’un troisième sacre continental. D’autant plus que la prochaine CAN se joue sur les bords de la lagune ébrié. D’ailleurs, ne sont-ce pas les défaites, ou même les matches difficiles d’aujourd’hui, qui préparent les victoires de demain ? Alors sachons raison garder en ne demandant pas, dès maintenant, c’est-à-dire, après la truelle, au bon Dieu sa barbe. Etant donné que le travail ne fait que commencer. Nous devons croire en JLG. Et le laisser travailler tranquillement afin de nous donner les résultats escomptés. Et comme la patience est un chemin d’or, a-t-on coutume de dire, la récompense sera au bout de l’effort. Pour tout dire, si la belle victoire des Eléphants face à la Zambie, nous a mis, un tant soit peu, du baume au cœur, elle ne devrait cependant pas nous faire perdre la tête. Au point de croire que cette équipe est déjà prête pour les jougs continentaux. Et le 0-0 ramené de Dobsonville Stadium de Johannesburg, est la preuve par trois qu’elle a du chemin à parcourir avant d’être compétitive sur toute la ligne. Encore que d’autres ténors du continent sont passés par la trappe. Le cas de l’Egypte battue par l’Ethiopie (2-0) est là pour rappeler que la hiérarchie préétablie n’est toujours pas respectée dans le football d’aujourd’hui. Les Lions de la Téranga, tenants du titre continental, se sont imposés  de justesse face au Rwanda (1-0). C’est tout dire.  Ceci étant, la FIF, version Yacine Idriss Diallo a tenu sa première AG extraordinaire, ce week-end. Les clubs ont adoptés à l’unanimité toutes les modifications proposées par le Comité Exécutif. Ils ont aussi installés une nouvelle Commission Electorale. Bref, l’heure est au partage du gâteau. Sauf que, d’autres se sont taillé la part du lion, laissant une chétive portion ou même rien du tout aux autres. Mais ainsi va la vie. Sauf que la roue tourne.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password