Koné Sanga (Président Fédération de Volley-ball) : « Mon élection au sein des instances mondiales est une chance pour la Côte d’Ivoire»

Elu récemment au sein du Conseil d’Administration de la Fédération internationale de volley-ball (FIVB) et du Comité directeur de la CAVB, Koné Sanga, a fait part de ses ambitions dans ses nouvelles fonctions dans cette interview. Il a également donné les raisons qui l’on poussé à ne pas briguer un nouveau mandat à la tete de la Fédération ivoirienne (FIVVB).

Comment avez-vous accueilli votre entrée au sein des instances internationales ?

C’est une grande joie pour moi. Mais, c’est surtout un grand honneur et une grande chance pour le volleyball ivoirien. Car, je crois qu’il est important que la Côte d’Ivoire soit présente où l’on prend les grandes décisions. En tout cas, j’espère que cela facilitera le développement du volley-ball ivoirien.

Quelles en seront les retombés pour le volleyball ivoirien ?

Les retombées seront surtout en termes de programme, de formation, de projet, etc,. A titre d’exemple, nos arbitres et encadreurs pourront bénéficier de plus de stages et d’ateliers de renforcements des capacités. Sans oublier les projets dédiés aux équipes nationales et aux jeunes. Et une chose est certaine, je me battrai pour que la Côte d’Ivoire puisse bénéficier des différents programmes et appuis mises en place par les instances internationales.

Quelleg sera donc la prochaine étape pour vous ? 

La prochaine étape sera la redynamisation du volleyball ivoirien et son positionnement sur le plan international. Il ne faut pas le voir comme un projet personnel. Mais plutôt comme une ascension du volley-ball ivoirien.

Que répondez-vous à ceux qui prétendent qu’en raison de vos ambitions à l’internationale vous avez décidé de ne plus briguer un nouveau mandat à la FIVVB ?

Depuis plus d’un an, j’avais signifié en interne, aux responsables de clubs, cette décision de passer la main. Car, il faut de l’alternance. Après 12 ans, il était nécessaire que d’autres personnes prennent le relais. Pour le reste, mon élection au sein des instances internationales est la suite logique de mon élection  à la présidence de la FIVVB et de la Zone 3.

Quel bilan faites-vous de vos 12 ans passés à la tête de la Fédération ivoirienne de volleyball ?

Mon bilan est positif. D’autant plus que mon équipe a réussi à accroitre le nombre d’équipes évoluant au sein de l’élite ainsi que le nombre d’officiels. Au niveau des résultats sportifs, nous avons dominé la zone 3, tant au niveau des clubs que de nos équipe nationales. Malgré nos maigres moyens, nous avons apporté notre aide aux clubs. En termes d’infrastructures,  les compétitions se déroulent aujourd’hui en salle. Nous avons aussi le pari de vulgariser le volleyball en Côte d’Ivoire…

Donc vous allez léguer un bel héritage à votre successeur ?

Oui. J’estime cependant qu’il y a des choses à améliorer. Notamment au niveau des résultats sportifs sur le plan continental. Il faut également continuer ce programme de vulgarisation de la discipline en favorisant les compétitions interscolaires afin d’accroître le nombre des licenciés. Tout cela nécessitera la mobilisation de ressources financières. Mais, je resterai disponible pour apporter l’appui qu’il faudra au volleyball ivoirien.

Interview réalisée par Sangaré Demba 

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password