Julien Chevalier (coach Asec Mimosas): « Etre champion est un objectif naturel pour l’Asec »

 

 

L’Asec Mimosas a procédé lundi dernier à Sol Béni à sa rentrée sportive de la saison 2020-2021. A cette occasion, Julien Chevalier, le coach des Mimosas a affiché les ambitions de son club. «Le projet sera le même. C’est de bien  jouer, dominer pour gagner », a-t-il lâché.

 

 

Après six mois d’arrêt vous avez repris les activités. Peut-on affirmer que c’est un soulagement pour vous ?

Cette reprise des entraînements était vraiment attendue après la longue trêve due à la pandémie du coronavirus. C’est une très bonne reprise dans la mesure où nous avons retrouvé l’ensemble de notre effectif. Mais, il faut dire que depuis quelques temps nous avons proposé aux joueurs qui le souhaitaient des séances individuelles pour se remettre à niveau surtout qu’ils ont eu une longue coupure.

 

Dans quel état avez-vous trouvé vos joueurs pour cette reprise ?

La reprise collective nous a permis d’avoir une idée plus nette du groupe qu’on aura sous la main pour la saison. Mais, il faut dire que tout n’est pas encore définitif dans la mesure où le mercato se poursuit. Et, qu’à tout moment, il peut y avoir des évolutions à tous les niveaux. Quoi qu’il en soit, la reprise nous a permis d’évaluer l’état actuel du groupe et de définir la base du travail pour la préparation.

 

Justement, quels seront les grands axes de la préparation ?

Nous irons tout doucement avec la  préparation athlétique. Ensuite, nous ferons la mise en place tactique afin de faire assimiler aux nouveaux joueurs notre projet de jeu et celui du club. Nous  voulons donner  les bases collectives à tous étant donné que nous  avons connu un grand mouvement dans notre effectif. Notre objectif sera de bien travailler pour préparer au mieux la prochaine saison. Même si on ne sait pas quand elle va démarrer. Dans tous les cas, il faut se tenir  prêt.

 

Vous parliez tantôt de projet de jeu. Peut-on avoir une idée de ce projet ?

Le projet sera le même. C’est de bien  jouer, dominer pour gagner. Ce qui compte, c’est la pratique sur le terrain. On a pu s’apercevoir l’an dernier qu’on avait peut-être l’un des meilleurs jeux de la Ligue 1. Mais, il nous manqué l’efficacité par moment. Et, cela nous a fait défaut sur des matchs. Au final, nous n’avons pas pu être  leader du championnat. Cette année, il faudra  trouver le bon équilibre, la qualité, l’efficacité pour être redoutables.

 

Est-ce pour cela que vous avez renforcé votre secteur offensif avec près de 5 attaquants ?

Le nombre d’attaquants m’importe peu. C’est leur qualité qui est mon souci. La saison écoulée, nos meilleurs attaquants n’ont pas scoré suffisamment. C’est pour pallier à cette insuffisance qu’on a fait venir ces attaquants. On espère qu’avec le travail on trouvera la solution. Mon souci est de travailler pour avoir une efficacité collective. Que ce soit les attaquants ou les milieux qui marquent, l’essentiel est d’avoir un groupe compétitif à tous les niveaux.

 

Pensez-vous que les recrues peuvent apporter une plus-value cette saison ?

C’est mon plus grand souhait. Il faut que les nouveaux joueurs arrivent à assimiler le système de jeu et la philosophie de  l’Asec. En signant à l’Asec, ils passent un nouveau cap. La pression sera forte. Ces recrues doivent avoir cette capacité mentale à pouvoir gérer cette pression et les compétitions.

 

Mais, le fait d’avoir encore renouvelé l’effectif à 80% ne va pas compliquer vos plans ?

Ce n’est vraiment pas de gaieté de cœur de vouloir laisser partir mes meilleurs joueurs. C’est le choix des joueurs et du club parfois. Certains joueurs nous ont quittés parce qu’ils étaient en fin de contrat. D’autres par contre, n’ont pas été performants  et ne répondaient  plus au projet du club. Et, d’ailleurs quand un joueur a l’envie de partir, on ne peut pas le retenir contre sa volonté. Après, il ne sera plus productif.  Sinon, franchement certains joueurs sont partis contre mon gré.

 

C’est-à-dire ?   

J’aurais aimé travailler dans la stabilité. Partir sur les bases de l’année dernière pour pouvoir  améliorer l’effectif. On a vu les équipes de la SOA et le RCA qui ont été championnes avec la stabilité. Ce sont des équipes qui ne perdent pas beaucoup de joueurs parce qu’elles sont moins attractives. On  est  obligés de nous réadapter au contexte  local. On ne peut pas garder nos meilleurs joueurs. On repart sur beaucoup de bouleversement. Ça ne sera pas bénéfique pour l’état d’esprit et la mentalité de travail.

 

Malgré tout votre objectif ne demeure-t-il pas la conquête du titre ?

C’est le terrain qui va déterminer notre objectif. Mais, il faut savoir qu’être champion est l’objectif naturel de l’Asec Mimosas. Maintenant, il y a la réalité du terrain, la réalité du championnat ivoirien  et la réalité du club. Tout ça va dépendre de  comment on va se préparer une fois qu’on aura notre effectif  définitif pour démarrer  la saison. C’est à partir de là qu’on pourra se fixer des objectifs. Pour l’instant, le principal est  de travailler du mieux possible pour être le plus performant. Après le terrain nous dira où on mérite d’être.

 

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password