Jean-Michel Deigna: ” Entre le passé et le futur, les MAM doivent choisir” (1ere partie)

A quelques heures de l’élection à la présidence de l’Africa Sports, Jean -Michel Deigna nous a accordé une interview où il dévoile ses ambitions à la tête du club vert et rouge.

A 24 heures du scrutin, dans quel état d’esprit êtes-vous?
Je suis serein car c’est de cette vertu que l’Africa Sports a besoin. Nous n’avons pas besoin d’être agité pour aborder les nombreuses problématiques qui se présentent à ce club. Je suis donc serein.

Comment vivez-vous cette campagne?
Je souhaite une campagne apaisée. Je vis une campagne apaisée. Parce que nous sommes dans le domaine du sport. Il faut donc être fair-play. Il ne faut pas aller au-delà de cette dimension de fraternité que nous impose le sport.

Il y a tout de même un processus électoral un peu tiré par les cheveux…
Je n’ai pas d’inquiétude particulièrement. J’estime qu’il faut toujours s’adapter. Il ne peut y avoir d’environnement idéale dans la vie. C’est le sens même de notre existence. On souhaite toujours que les choses aillent bien. Mais entre ce que l’on perçoit et la réalité du terrain , il y a souvent une différence. Je ne fais donc que prendre acte du déroulement de ce processus. Je prend acte parce qu’en réalité je suis un légaliste. Et ce qui représente la légalité à l’Africa Sports, c’est le Comité de normalisation. Je peux leur faire des remarques dans un cadre précis. Mais je ne suis pas pour la polémique.

Le maintien du collège électoral à 42 MAM ne vous inquiète donc pas ?
Il a été maintenu à 42. J’en prend acte. J’ai fait une réclamation sur le décalage entre ce que l’assemblée générale a dit sur l’élargissement et ce que l’on constate. Mais en tout état de cause, je ne veux pas constitué un blocage sur la sortie de crise de l’Africa Sports. Elle ne se fera pas seulement par les élections. La sortie de crise de l’Africa Sports se fera par un dialogue permanent avec tous les acteurs de ce club. On a besoin de se reparler. Mais avant il est tant de mettre fin à la transition pour poser les sujets notamment la question du financement soit posée. Oui, il y a un souci avec le déroulement du processus mais il y a quand même des éléments positifs.

C’est-à-dire?
L’AG de toilettage des textes a permis un début de discussion à l’ Africa Sports. Il va falloir le poursuivre après les élections. C’est pour ça que j’en appelais à un débat sur les sujets clés du club. Mais il ne faut pas qu’on s’emballe. Pas besoin d’allumer un autre feu. Il faut être serein. Je ne vais pas rentrer dans des polémiques notamment sur le collège électoral des supporters.

Que faut-il comprendre par là?
Là -dessus il y a beaucoup de choses à dire. Mais je veux seulement en appeler à la responsabilité des supporters. Ce qui ont été choisi devront déterminer s’ils veulent rester dans le passé qui a détruit le club lors des 20 dernières années ou le futur qui consiste à se poser la question de comment on sort de cette situation.

Comment on en sort alors?
On sort de cette situation à travers une vision, un projet et des hommes qui ont envie de s’engager à 100 pour 100 pour le club. Et non avec des gens qui veulent s’engager par procuration ou pour des problèmes de personne.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password