Interview Tapé Bahi (Pdt G 27) “Sans moi , Gervinho aurait perdu son club’’

Président de G27, Tapé Bahi a actuellement maille à partir avec le propriétaire du club, Gervinho. Une affaire de malversation financière brouille les relations entre les deux hommes qui avaient jusque- là des relations de père à fils. Dans cet entretien, Tapé Bahi donne sa part de vérité et clame son innocence. « Je ne suis pas escroc », affirme-t-il.

Comment est venue l’idée de la collaboration entre vous et Gervinho ?
Quand Gervinho a pris le club, c’était pour venir en aide à ses formateurs, anciens coaches et amis footballeurs. C’est pourquoi le bureau comprend principalement d’anciens joueurs issus de mon centre de football d’Abobo à Agnissankoi. Dans son entendement, il s’agissait de créer un projet qui unisse tout le monde au lieu de donner de l’argent individuellement à chacun de ses amis.

C’est donc en votre qualité de bienfaiteur et de formateur que vous avez donc été porté à la tête de ce club après son rachat ?
Oui. C’est comme cela que j’ai été porté à la tête de ce club. A mon arrivée, il n’y avait aucun papier. Le propriétaire Goué Germain est encore en vie pour témoigner des difficultés que j’ai eues pour donner une existence légale à cette équipe. Quand j’ai entamé les démarches, Gervinho était au courant à toutes les étapes. Il les a même financées.

A quel moment vous êtes-vous aperçu que le club n’avait pas tous les documents ?
C’est quand on a voulu changer le nom de l’équipe que l’on s’est aperçu qu’il n’y avait pas de documents. Quand Gervinho est venu, il nous a donné 6 millions de francs CFA pour commencer. Deuxièmement, il nous a envoyé 12 millions de francs CFA.

Combien de temps a duré les démarches pour l’obtention de documents administratifs ?
J’ai fait les démarches pour ce club durant au moins 6 mois. J’ai dû même user de tous les subterfuges pour calmer l’ancien propriétaire Goué Germain qui réclamait les 6 millions restants sur les 26 millions de francs CFA de la vente du club. J’ai souffert pour ce club.

Président Tapé Bahi, vous êtes désormais accusé par le clan de Gervinho d’avoir détourné l’argent de son club, G27. Qu’en est-il au juste ?
Je m’inscris en faux concernant de telles accusations. J’ai toujours été transparent dans ma gestion tant financière qu’administrative de cette équipe à qui j’ai tout donné.

Pourtant on avance notamment un trou de 8 millions de francs CFA ?
Les 8 millions 500 mille francs CFA dont on parle sont l’argent donné par la FIF en guise de subvention. Nous l’avons utilisé pour travailler. Je n’ai pas détourné l’argent de Gervais. Les gens ne connaissent pas la réalité et ils parlent. Toutes les dépenses qui ont été faites ont été consignées. Je les ai toutes notifiées à Gervinho. Lors du dernier trimestre, G27 a reçu 10 millions de francs de la FIF, j’ai remis l’argent à Gervinho. Il m’a remis 200 mille francs sur cette somme.

Pourtant, son clan ne dit pas la même chose concernant l’usage de cet argent ?
Nous avions fait des dépenses bien avant cette somme d’argent qui est arrivé en cours de saison. Je lui ai même fait le point des différentes dépenses.

D’où vient-il qu’il a donné une suite judiciaire à votre brouille ?
Gervinho a mal pris le fait que j’ai payé plusieurs de ses proches alors que ceux –ci avaient déjà perçu beaucoup d’argent de sa part. C’est à la suite d’une rencontre en fin d’année dernière qu’il a décidé de renvoyer tout le monde. Quelques jours plus tard, j’ai été appelé par la Fédération.

Que s’est-il passé à la FIF ?
La Fédération m’a informé que Gervinho l’avait saisi de la fin de mes fonctions au G27 pour mauvaise gestion. Cela dit, elle n’a pas entériné cette décision en raison de vice de procédure.

C’est-à-dire ?
La Fédération n’est pas tombée dans le panneau en l’absence de PV d’une AG qui mettait fin à mes fonctions et de la liste de présence des membres actifs. Elle a décidé que je restais le président du club.

Que s’est-il passé après l’intervention de la Fédération ?
La décision de la Fédération n’y a rien changé étant donné que lors de la rencontre FIF- Clubs à Bassam le 29 février, l’un de ses proches a tenté de prendre ma place à cette rencontre. C’était une humiliation qui ne disait pas son nom. Quand Gervinho est venu récemment, il a convoqué une réunion le 12 mai où il a ouvertement demandé devant tout le monde que je signe ma lettre de démission. Pour tout le respect que j’ai pour lui, je lui ai dit que je ne signe pas.

C’est tout même Gervinho qui est le propriétaire du club ?
Je suis le premier à le savoir. Je ne vais pas gâter son nom. Malgré tout, on me doit de la reconnaissance pour tout ce que j’ai fait. Je ne m’oppose pas à un départ. Mais il faut aussi savoir que sans moi, l’ancien propriétaire Goué Germain lui aurait arraché le club.

Justement, on vous reproche également le fait d’avoir mis les papiers du club à votre nom ?
Pour tromper quelqu’un et changer frauduleusement des documents, on peut le faire en un jour. On n’a pas besoin d’attendre 6, 7 ou 8 mois. Il y a déjà trois ans que les documents sont là. Je ne suis pas un escroc.

Pourquoi un tel entêtement pour un club qui ne vous appartient pas ?
C’est une question de principe. Je ne peux pas signer un P.V d’une AG à la laquelle je n’ai pas assisté. On prétend que j’ai détourné 8 millions. Qu’on me permette de prouver que ce n’est pas vrai. En plus, j’ai entamé une saison. C’est la moindre des choses que je la termine. Au lieu de cela, on me convoque à la gendarmerie. Dieu est témoin de ce que j’ai fait pour Gervinho depuis qu’il était enfant. Aujourd’hui, les gens qui ne savent pas la réalité me traitent d’escroc. C’est Dieu qui élève l’homme ou le rabaisse.

Que retenez-vous de cette expérience ?
Si Gervinho n’a pas vu le travail que j’ai fait, Dieu est témoin que je suis un homme intègre qui ne mérite pas d’être mis en prison ne fut-ce que pendant une heure. J’aimerai dire que ma vie ne se limite à G27. J’ai 16 enfants dont l’une est décédée à la suite d’un accident de la circulation. Je peux signer ma lettre de démission si cela se fait dans les règles mais on ne doit pas ternir mon image alors que je pourrai rebondir ailleurs.

Pensez-vous que vous allez trouver une solution avec Gervinho ?
Nous sommes en train de trouver une solution à ce problème. Tout le monde, à l’image du président Salif Bictogo, est en train d’œuvrer pour qu’on trouve un terrain d’entente. C’est tout mon souhait.

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password