Interview Bahi Antoine « Vagba est foncièrement méchant »

Le  président de la section football de l’Africa Sports, Bahi Antoine, est enfin sorti de son silence.  Il a, en effet,  craché ses vérités  au sujet de la nouvelle crise  sécouant le club vert et rouge  qu’il  impute à la mauvaise foi du président Vagba. «Il n’a  toujours pas toléré que certains joueurs se soient rebellés contre lui l’an dernier pour n’avoir pas perçu leur salaire », fulmine-t-il.

Président, pourquoi ce long silence alors que vos joueurs sont en grève  depuis 3 semaines ?

C’est  vrai que depuis le début de cette affaire de salaires, je suis resté silencieux. Mais cela ne veut pas dire que j’étais inactif. Je n’ai jamais cessé d’œuvrer pour que pareille situation n’arrive pas. Seulement voilà. Cette crise est arrivée à cause du président Vagba.

C’est-à-dire ?

J’avais pensé qu’avec la signature du protocole d’accord on serait sorti des problèmes  de personnes et des conflits. Mais que non ! Je suis en face de personnes méchantes. Vagba Alexis est foncièrement  méchant. C’est lui qui foule au pied les engagements que nous avons pris. L’affaire de la grève des joueurs en est l’illustration parfaite.

En quoi le président  Vagba est-il fautif dans cette situation quand on sait que cette  grève est consécutive  aux problèmes de salaire qui remonte au moment de votre intérim ?

Durant cet intérim, j’ai pris mes propres revenus pour sauver le club de la relégation.  Personne ne peut nier que j’ai sauvé le club de la relégation. Je n’ai pas besoin de  le rappeler. C’est le club qui me doit. J’ai investi dans l’équipe sans subvention. Je continue de me saigner pour l’équipe. Plusieurs joueurs sont logés  dans mon hôtel. Maintenant que l’équipe a les moyens pourquoi devrai-je continuer à tout financer seul. Demandez à Vagba de libérer les fonds du club.

 

De quel fonds faites-vous allusion ?

L’Africa Sports ne doit pas avoir des problèmes  de salaire. Car, Vagba Alexis vient de récupérer les fonds issus du transfert de Deli Simon au FC Bruges qui s’élèvent à  143 millions de francs CFA. On ne peut  avoir autant d’argent et continuer de diviser le club et favoriser un groupe de joueurs et d’encadreurs.  Dès l’instant où il y a un accord, il n’y a plus deux équipes. Voilà pourquoi je m’insurge contre les salaires à deux vitesses versés il y a une semaine.

 

Justement, revenons sur cet incident ?  Qu’est-ce qui explique ces écarts de salaire ?

Cette situation est tout simplement due à la  mauvaise foi de Vagba. Lui et son entourage ne peuvent pas vivre sans l’argent du club. J’ai cru qu’avec la fusion, Vagba se rapprocherait de tous les joueurs. Mais au contraire, il continue de diviser. Il s’occupe toujours de ses joueurs et de ses encadreurs. Il n’a que du mépris pour les autres. Vagba n’a  toujours pas toléré que certains joueurs se soient rebellés contre lui l’an dernier pour n’avoir pas perçu leur salaire.

 

Comment justifiez-vous le fait que vous n’ayez pas été  associé au paiement de ces salaires ?

Malgré le protocole d’accord qui stipule que j’ai en charge la section football, il continue de se mêler de mes prérogatives. Pire, Vagba prend des décisions sans moi. C’était le cas du nouvel entraîneur puis de l’équipementier qui ont signé  un contrat avec le club. C’est  désormais le cas avec cette grève malgré la réunion faite pour harmoniser les salaires.

 

Que s’est-il justement passé à cette rencontre qui devait régler cette grève des joueurs ?

Nous étions 4 à cette réunion si on ajoute Imad Zarour et Dosso Aboubacar. Ce jour-là on a harmonisé  les salaires des deux camps. Nous nous sommes mis d’accord sur un montant de 8 millions de francs CFA qui devait être reparti entre  joueurs et encadreurs. Il ne devait donc pas avoir de problème. Au mépris de tous, Vagba a remis un chèque  de 9 millions à son associé Tanoh Assielou sans mon accord. La suite ce sont les salaires à deux vitesses qui ont été versés. Pour moi, c’est un hold-up.

 

Comment expliquez-vous cette attitude du président Vagba ?

J’ai le sentiment qu’il est encore dans une forme de belligérance. Pour lui, il y a encore deux équipes où il a ses joueurs et moi,  les miens. S’il n’avait payé que ces joueurs j’aurai compris. Mais Vagba s’est permis de rémunérer des gens qui lui sont fidèles et n’ont aucune fonction officielle. Comment peut-on avancer dans ces conditions ? Autant créer deux clubs.

 

N’êtes-vous pas également coupable de la situation ?

J’ai essayé de mettre balle à terre. J’ai fait des compromis. La FIF nous a demandé qu’on ne l’humilie pas. On a été respectueux  de cette recommandation sinon on l’aurait traduit devant les tribunaux, parce que nous avons les preuves de détournement des fonds du club. Dieu est témoin que je fais l’effort d’aller toujours vers le président Vagba. Quand je lui soumets  des propositions, il est d’accord. Mais dès que j’ai le dos tourné, il fait le contraire. Je  suis à bout de souffle.

 

Dans ces conditions, comptez-vous sortir de ce protocole?

Pas du tout. Je reste dans le protocole d’accord. Toutefois, je vais  adresser  un courrier  à la FIF  pour lui rendre compte de tous ces dysfonctionnements. Vagba Alexis ne cesse de clamer que nous ne pouvons rien lui faire du fait qu’il bénéficie du soutien de l’instance fédérale.  Il ne jure que par Sidy Diallo et Sory Diabaté.  Je pense qu’à partir  de ma correspondance, la FIF se fera une nette idée de ce qui se passe. Dans le même temps, je vais organiser une AG d’information pour les MAM.

 

Que comptez-vous faire des  joueurs   grévistes qui veulent faire défection pour le match de Coupe de la Ligue contre l’ES Bafing?

Les joueurs vont jouer ce match.  Je suis en train de m’investir pour tenter de les ramener à la raison. C’est un combat commun. Je leur ai dit que nous avons commencé ensemble et on finira cette saison ensemble.  Rien ne sera facile et je comprends leur situation. Mais, je m’engage à tout faire pour la grève finisse.

 

Propos recueillis par Coulibaly Abdoulaye

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password