Euro 2020: Espagne, Suède, Pologne et Slovaquie, la poule E à la loupe

Espagne, revenir au premier plan

Après des résultats décevants à l’Euro 2016 et à la Coupe du Monde 2018, deux compétitions lors desquelles elle a été éliminée dès les huitièmes, l’Espagne veut revenir au premier plan. Nation la plus titrée de la compétition avec l’Allemagne, la Roja vise donc un 4e sacre européen pour sa 8e  phase finale. Coachée par Luis Enrique, la sélection ibérique fera une nouvelle fois office de prétendante à la victoire finale lors de cet Euro 2020. En tout cas, elle a le statut de favorite de la poule E où elle affrontera la Suède, le 14 juin, la Pologne, le 19 juin, et la Slovaquie, le 23 juin.  Lors des Eliminatoires, l’Espagne a terminé à la première place de la  poule F des qualifications avec un total de 31 buts marqués pour seulement 5 encaissés et sans avoir subi la moindre défaite. Elle a notamment bien géré sa double confrontation contre Suède (3-0, 1-1)  pour valider sa qualification. Alors que la sélection espagnole semblait vieillir, elle a réussi à se renouveler grâce à de nombreux jeunes talents (Pedri, Fati, Ferran Torres…) tout en conservant ses cadres historiques (Busquets, Jordi Alba…). En position de favorite, la Roja devra cependant se méfier de ses trois adversaires.

La sélection

Gardiens : David De Gea (Manchester United), Unai Simon (Athletic), Robert Sanchez (Brighton).

Défenseurs: José Gayà (Valencia), Jordi Alba (Barcelona), Pau Torres (Villarreal), Aymeric Laporte (Manchester City), Éric García (Manchester City), Diego Llorente (Leeds United), César Azpilicueta (Chelsea), Marcos Llorente (Atlético de Madrid).

Milieux : Sergio Busquets (Barcelona), Rodri Hernández (Manchester City), Pedri (Barcelona), Thiago Alcántara (Liverpool), Koke (Atlético), Fabián Ruiz (Naples).

Attaquants : Dani Olmo (Leipzig), Mikel Oyarzabal (Real Sociedad), Gerard Moreno (Villarreal), Álvaro Morata (Juventus), Ferran Torres (Manchester City), Adama Traoré (Wolves), Pablo Sarabia (Paris Saint-Germain).

Suède, un adversaire à ne pas sous-estimer

La Suède était l’une des surprises de la dernière Coupe du Monde russe. Éliminées en quart de finale par les Anglais, les Suédois avaient notamment terminé à la 1ère place de leur groupe devant l’Allemagne et le Mexique. Elle voudra à coup sûr continuer sur sa lancée et réaliser un bel Euro 2020 en juin et juillet 2021. C’est la 6e fois que la Suède est présente à cette compétition.  Même si les résultats ne sont pas encore ceux attendus (trois éliminations en phase de groupe lors des trois dernières éditions), l’équipe suédoise compte bien se rattraper cette année. Autour des incontournables Berg ou Granqvist, l’effectif s’est rajeuni et a gagné en talent avec des joueurs comme Kulusevki, Forsberg ou encore Lindelöf. Ils ont été particulièrement performants dans la  poule F des Eliminatoires où ils ont terminés à la  2e place derrière l’Espagne. Au cours de cette phase finale, les Suédois pourront compter sur le meilleur buteur de l’histoire de la sélection, Zlatan Ibrahimovic, récemment rappelé après 5 ans d’absence. Il sera assurément une valeur ajoutée dans ce groupe homogène où il faudra rien lâcher contre l’Espagne, le 14 juin, la  Slovaquie,le 18 juin, et la Pologne, le 23 juin.  
La sélection

Gardiens : Robin Olsen (Everton), Karl-Johann Johansson (FC Copenhague), Kristoffer Nordfeldt (Genclerbirligi).

Défenseurs: Mikael Lustig (AIK), Victor Lindelof (Manchester United), Andreas Granqvist (Helsingborgs), Martin Olsson (BK Hacken), Ludwig Augustinsson (Werder Brême), Filip Helander (Rangers FC), Emil Krafth (Newcastle), Pontus Jansson (Brentford), Marcus Danielson (Dalian Yifang).

Milieux: Albin Ekdal (Sampdoria), Jens Cajuste (FC Midtjylland), Mattias Svanberg (Bologne), Kristoffer Olsson (FK Krasnodar), Sebastian Larsson (AIK), Ken Sema (Watford FC), Gustav Svensson (Guangzhou), Emil Forsberg (RB Leipzig), Viktor Claesson (FK Krasnodar).

Attaquants: Zlatan Ibrahimovic (Milan Ac), Marcus Berg (FK Krasnodar), Alexander Isak (Real Sociedad), Dejan Kulusevski (Juventus), Robin Quaison (Mayence), Jordan Larsson (Spartak Moscou).

Pologne, un coup à jouer

La sélection polonaise a longtemps échoué à se qualifier pour l’Euro. Il a, en effet, fallu attendre 2008 pour que la Pologne y participe pour la première fois sous les ordres de Leo Beenhakker. Depuis, les Polonais y figurent constamment et ont même atteint les quarts de finale de la compétition en 2016. Il s’agira donc de faire mieux lors de cet Euro et de confirmer  une phase éliminatoire où les hommes de Paulo Sousa ont terminé en tête de la poule G. Elle y a notamment surpassé des adversaires tels que l’Autriche et la Slovénie, deux nations d’un niveau plus ou moins équivalent. La Pologne s’est également révélée solide, n’encaissant que 5 buts.  Elle compte aujourd’hui l’un des plus beaux effectifs européens  avec des  joueurs tels que Robert Lewandowski et Arkadius Milik. La Pologne participera à sa quatrième phase finale d’un Euro. Si elle n’a pas de palmarès, elle peut légitimement envisager de tirer son épingle du jeu dans cette poule E où il faudra bien débuter contre le petit poucet,  la Slovaquie, le 14 juin, avant de retrouver l’Espagne,  le 19 juin et  la Suède, le 23 juin.      

La sélection

Gardiens: Łukasz Fabianski (West Ham), Wojciech Szczesny (Juventus), Łukasz Skorupski (Bologna).

Défenseurs: Jan Bednarek (Southampton), Bartosz Bereszynski (Sampdoria), Paweł Dawidowicz (Verona), Kamil Glik (Benevento), Michał Helik (Barnsley), Tomasz Kedziora (Dynamo Kyiv), Kamil Piatkowski (Raków Częstochowa), Tymoteusz Puchacz (Lech Poznan), Maciej Rybus (Lokomotiv Moskva).

Milieux: Przemysław Frankowski (Chicago Fire), Kamil Józwiak (Derby), Mateusz Klich (Leeds), Kacper Kozłowski (Pogon Szczecin), Grzegorz Krychowiak (Lokomotiv Moskva), Karol Linetty (Torino), Jakub Moder (Brighton), Przemysław Płacheta (Norwich), Piotr Zielinski (Napoli).

Attaquants: Dawid Kownacki (Fortuna Düsseldorf), Robert Lewandowski (Bayern München), Arkadiusz Milik (Marseille), Karol Swiderski (PAOK), Jakub Swierczok (Piast Gliwice).

Slovaquie, ça sera difficile

La Slovaquie a du mal à s’imposer lors des grandes compétitions. Depuis qu’elle a quitté le bloc soviétique après la séparation de la grande Tchécoslovaquie, elle n’a participé qu’à une seule Coupe du monde en 2010 et à deux Euros avec celui de cette année. La Slovaquie s’est d’ailleurs qualifiée pour cette édition 2021 via les barrages après avoir dominé l’Irlande (0 – 0, 4-2 tab) et l’Irlande du Nord (2-1). La Slovaquie s’appuiera, de nouveau, sur  une équipe expérimentée ayant pour cadres Marek Hamsik et Milan Skriniar. Beaucoup voient sans doute cet Euro comme la dernière chance de bien figurer dans un tournoi européen. Dans un groupe difficile pour eux, les Slovaques auront du mal à exister. Mais n’oublions pas  qu’en 2016, cette sélection n’avait eu besoin que d’une victoire contre la Russie pour accéder aux 8es de finale perdue face à l’Allemagne (0-3).

La sélection

Gardiens: Martin Dúbravka (Newcastle), Marek Rodák (Fulham), Dušan Kuciak (Lechia Gdańsk).

Défenseurs: Peter Pekarík (Hertha), Lubomír Šatka (Lech Poznan), Denis Vavro (Huesca), Milan Škriniar (Inter Milan), Tomáš Hubocan (Omonoia), Jakub Holúbek (Gliwice).

Milieux: Marek Hamšík (IFK Göteborg), Stanislav Lobotka (Napoli), Patrik Hrošovský (Genk), Juraj Kucka (Parma), Ondrej Duda (Köln), Róbert Mak (Ferencváros), Vladimír Weiss (Slovan Bratislava), László Bénes (Augsburg), Lukáš Haraslín (Sassuolo), Tomáš Suslov (Groningen), Matúš Bero (Arnhem), Erik Jirka (Mirandés)

Attaquants: Michal Duriš (Omonoia), Róbert Boženík (Feyenoord), Dávid Strelec (Slovan Bratislava).

 

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password