Boxe (malgré l’appel du nouveau comité directeur), Les dissidents campent sur leur position

Il faudra encore attendre pour voir les différentes parties se réconcilier au sein de la grande famille du noble art ivoirien. Et pour cause,  les clubs frondeurs réunis au sein de la Conférence des présidents de clubs (CPC-FIB) ont décidé de ne pas bouger d’un iota de leur position, refusant fermement de reconnaître le nouveau comité directeur dirigé par Boua Emmanuel. « Moralement et juridiquement, ce comité directeur n’est pas légal. Du fait que le bureau sortant qui a organisé l’AG Elective n’avait pas les qualités de se prévaloir des droits pour organiser des élections », a d’abord précisé le porte-parole de la CPC Anthony Rabbet, le mercredi 6 novembre 2019. Cette mise au point de la CPC intervient après la dernière sortie médiatique d’Emmanuel Boua, le nouveau président de la FIB.  En effet, en marge de la présentation de son comité directeur, il s’était dit ouvert au dialogue et même prêt à accueillir les dissidents. « Emmanuel Boua ne nous a jamais appelé ou approché. En vérité, il ne veut pas d’une réconciliation. Il y a un manque d’honnêteté dans tout ce qu’il dit », a-t-il dénoncé.  En clair, les frondeurs  mettent en doute la volonté du président de la FIB de réconcilier la famille du noble art ivoirien. « Il divise pour mieux régner comme ce fut le cas sous le président Yobouet. En tout cas, nous allons incessamment saisir la tutelle. Car, l’imposture ne peux plus durer dans la boxe ivoirienne », a-t-il ajouté avant de conclure : « La CPC se porte bien. Même si une poignée de président font double jeu ».

Aperçu

Boxe (malgré l’appel du nouveau comité directeur), Les dissidents campent sur leur position - /10

Sommaire

0 Nul!

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password